Les Atomes Crochus

Fabrice ETIFIER

Pour Les Atomes Crochus, Fabrice travaille à la mise en scène de spectacles de clowns.

Fabrice ETIFIER naît le 26 septembre de l’an de grâce 1974, à Fort de France, Martinique, à une date et un lieu inconnus de lui.

Très tôt, le jeune Fabrice se prend de passion pour le dessin. Malheureusement, le travail harassant sur les champs de cannes lui laisse peu de temps pour se consacrer à son activité artistique.

Bac en poche, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole Régionale d’Arts Plastiques de Martinique.
Très vite, les professeurs de l’école se rendent à l’évidence : ils ont admis un authentique génie. ...Mais ceci est une autre histoire car il ne s’agit pas de Fabrice.
Fabrice, en proie aux questionnements existentielles propre à son âge, tombe sur une annonce qui va changer sa vie pour toujours et à jamais.
Un concours de critique de film est proposé aux jeunes de moins de 26 ans. Fabrice se dit qu’il peut y participer puisqu’il n’a que 21 ans. Il lit alors tout ce qu’il trouve concernant de près ou de loin le 7ème Art (Voici, Podium, Paris Match...). Il voit et revoit plusieurs fois les films dont il prévoit de rédiger la critique.

Entre-temps, il a remis en état cinéma désaffecté et y anime avec deux amis un Ciné-club hebdomadaire. Faisant fi de tout droits d’exploitation, ils projètent les films en VHS. Lorsque des mauvaises langues leur en font le reproche, ils se contentent de rétorquer qu’ils ne font pas payer de droits d’entrée...

Fabrice est informé par courrier postal qu’il fait partie des 3 finalistes du concours et qu’un entretien oral est organisé pour les départager.
De Sergeï Eisenstein à Tziga Vertov, en passant par Griffith et Koulechov, Fabrice fait l’exposé exhaustif de sa passion pour le cinéma, devant un jury subjugué. Désigné vainqueur, il reçoit son prix : un séjour tout frais payés, avec accréditation, au Festival Internationnal du Film de Cannes.
Alain Rodaix, animateur de l’émission télé quotidienne NouChéVou, propose à Fabrice d’animer la chronique cinéma de son émission. Il y vilipende l’unique exploitant de salles de la région, dont la programmation alterne comédies débilitantes américaines et action movies abrutissant.
La sanction ne tarde pas : Fabrice est renvoyé de l’émission.

Après 2 années consacrées à la restauration végétarienne sans viande ni poulet, Fabrice crée avec un ami l’association Ciné Woulé Martinique. Il y anime ciné-clubs, ateliers d’initiation à la lecture de l’image et de mise en scène. Il créera et coordonnera également chaque année une journée de création participative et interdisciplinaire (danse, théâtre, cirque, peinture, musique live...), pompeusement nommée « Happening ».

En 2001, usé par la douceur de vivre ensoleillée de Martinique, Fabrice est attiré par la grisaille et le froid triste de Paris. Il démissionne de Ciné Woulé et malgré son implication sans faille au sein de l’association durant toutes ces années, il n’aura même pas de cadeau de départ (pas même un porte-clefs). Cette expérience laissera à Fabrice un goût amer et il se mettra dès lors à collectionner frénétiquement les portes-clefs.

A Paris, Fabrice enchaîne les boulots alimentaires : sondeur pour la SOFRES, gardien de musée, distributeur de journaux gratuits, échassier, animateur en centre de loisirs, chirurgien, chauffeur de bus, et même sous-secrétaire au Démentèlement des Finances Associatives pour plus de Répartition Budgétaire (DFARB).

En 2004, il met en scène « Cabotine, l’apprentie fée », interprété par la clown Anissa Benchelah, qui deviendra sa femme et la mère de ses 8 enfants (les 3 suivants étant des erreurs de jeunesse).
Cette expérience est décisive pour Fabrice. Il y synthétise l’ensemble de ses expériences humaines et professionnelles et les transcende par l’absurde.

Mais puisqu’il faut bien payer son loyer, Fabrice se forme au motion design et au montage vidéo, il réalise également une centaine de courts métrage qui obtiendront tous des prix dans des festivals internationnaux prestigieux : La Foire au Boudin de Marceau en Yvelines, Le Festival du Mouton en Peluche Empaillé A la Main de Saint-Chéron, ou encore feu Le Festival des Films Jamais Vus.

Son travail de motion designer est très vite apprécié. D’autant plus que Fabrice, ignorant tout des budgets disponibles sur ces productions, sous facture ses prestations pour le plus grand bonheur de ses employeurs.

En 2009, à la suite de Bérénice Fervaques, partie en congés maternité, Il reprend la mise en scène du spectacle de clown « De l’Expérimentation des Expériences expérimentales » avec Anissa Benchelah. Le spectacle est un succès, et fait le tour du monde : Sénégal, île de la Réunion, Algérie, Cergy-Pontoise, New-York, Pom Pom Galli...

Aujourd’hui, Fabrice ETIFIER, partage son temps entre l’éducation de ses 11 enfants, ses cours de judo, d’équitation, de karting et de bignou, et sa vie professionnelle : graphiste vidéo d’images animées par ordinateur, inspecteur de police remplaçant, et metteur en scène de spectacles de clowns qui font rire.

Son site internet : www.videographiste.fr

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Plan du site | Espace privé :