Les Atomes Crochus
Accueil > Publications > Entretiens > Entretien avec Hélène Driancourt, Chef de projet Politique de la (...)

Entretien avec Hélène Driancourt, Chef de projet Politique de la ville

Paris, 17e arrondissement

Hélène Driancourt œuvre au sein de la Délégation à la Politique de la Ville et à l’Intégration de la Ville de Paris. Chef du grand projet urbain de rénovation du quartier de la porte Pouchet, situé dans le XVIIe arrondissement, elle a accordé sa confiance aux Atomes Crochus pour que la science participe sur le long terme à la vie du quartier à travers des animations, ateliers débats, spectacles et contes dans les écoles primaires et clubs de jeunes ou de seniors.

[bleu violet]Les activités des Atomes crochus représentent une partie d’un projet plus vaste pour le quartier. Pourriez-vous nous en dire plus sur ce projet ?[/bleu violet]

En effet le projet en cours Porte Pouchet est très vaste. D’abord dans son objectif qui consiste à améliorer la vie locale dans toutes ses dimensions. Mais aussi dans sa méthode. Car il s’agit de mobiliser toutes les compétences au service du quartier et de faire en sorte que tous les spécialistes travaillent ensemble : ceux du social, de l’urbain, de l’éducation, de la jeunesse. Mais la première des compétences à mobiliser est celle des habitants.

[bleu violet]Justement dans ce cadre, une grande place semble avoir été accordée à la parole des habitants. Comment procédez-vous pour susciter et encadrer un débat citoyen tel que celui-ci ?[/bleu violet]

Nous organisons des réunions en format « cabaret », c’est-à-dire en regroupant les participants par petites tables. Ce format permet à chacun de s’exprimer tout en réunissant une cinquantaine de personnes au total. Il crée une ambiance de travail très positive et conviviale. Il favorise les échanges et fait évoluer les points de vue.
Lors de ces séances, nous utilisons également la méthode du « mind mapping » qui permet de développer sa pensée, de « visualiser » ses idées et de les relier, tout en gardant une vision d’ensemble du sujet.

[bleu violet]De quelle façon les activités des Atomes Crochus sont-elles intégrées dans la vie locale ?[/bleu violet]

Nous avons un « projet de quartier », qui est la feuille de route issue de la concertation. Un des enjeux de ce projet de quartier est une vie sociale où chacun trouve sa place. Cet enjeu recouvre plusieurs objectifs et notamment celui du partage des savoirs. C’est là que Les Atomes Crochus sont un allié très précieux. Notamment pour prendre en compte un rejet éventuel du format scolaire. J’ai spécialement retenu dans la démarche proposée l’idée de désacraliser la notion de savoir et de révéler son intérêt pour chacun, de présenter le savoir avant tout comme moyen d’interprétation et de représentation visant à rendre les choses plus intelligibles. En peu de temps, l’état d’esprit coopératif de l’association et sa réactivité lui ont permis d’être pleinement « adoptée » dans le quartier.

[bleu violet]Quels dispositifs conseillez-vous de mettre en place d’une manière générale pour se mettre à l’écoute des habitants ?[/bleu violet]

La première exigence à mon avis est d’aller au devant des absents. Depuis plusieurs années, je participe à des rencontres hebdomadaires en pied d’immeuble. Ces rendez-vous sont très importants pour moi. Leur côté informel et convivial facilite beaucoup l’expression de ceux qui ne fréquentent pas les instances de concertation type réunion publique. Elles permettent aussi de maintenir le contact et d’avoir une perception plus fine et plus juste de la vie du quartier.
Une autre exigence est de croiser les regards entre habitants et spécialistes. Des promenades collectives de jour et de nuit permettent ces échanges. Des « ateliers ville » sont également proposés régulièrement pour permettre aux habitants de mieux comprendre les questions urbaines et de construire leur propre point de vue.

[bleu violet]Pourriez-vous nous donner d’autres exemples d’actions que vous menez pour encourager la participation des habitants à la vie du quartier ?[/bleu violet]

Au départ, le secteur était totalement dépourvu d’association et de vie locale et nous avons eu la volonté de soutenir les habitants dans leur organisation. Nous avons notamment proposé à plusieurs jeunes de la Porte Pouchet une formation à l’animation et à la médiation (Bafa citoyenneté) et les avons ensuite accompagnés dans la création de leurs propres associations. Celles-ci bénéficient aujourd’hui à la fois de l’adhésion des jeunes du quartier et de la confiance des institutions. Ce qui est rare ! Souhaitant participer activement à l’avenir du quartier, elles ont récemment initié un collectif. Elles ont aussitôt proposé aux Atomes Crochus de participer à cette dynamique, qui est exigeante mais me paraît aussi très prometteuse.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Plan du site | Espace privé :