Les Atomes Crochus
Accueil > Publications > Entretiens > Entretien avec Clovis Darrigan, chimiste et vulgarisateur

Entretien avec Clovis Darrigan, chimiste et vulgarisateur

Clovis Darrigan est maître de conférences en chimie physique et chargé de mission pour la promotion de la culture scientifique et technique à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, fondateur et président de l’association Anima-Science et auteur du site Science amusante. Ce site, initié en 1998 sous le nom « chimie amusante », a bien évolué depuis et a reçu en 2010 le Prix Roberval Multimédia. Il comporte notamment un wiki avec des ressources et des expériences amusantes, un forum et un outil de création d’étiquettes.

[bleu violet]Pourriez-vous nous citer quelques expériences de chimie que l’on peut trouver sur le site ?[/bleu violet]

Il y en a tellement ! Toutes font appel à l’observation d’un phénomène macroscopique résultant d’un processus microscopique que j’essaie d’expliquer ensuite. Mes expériences préférées sont sûrement celles dans lesquelles la matière et la lumière interagissent, soit quand la lumière provoque une réaction chimique, soit quand la réaction produit un rayonnement. Je trouve cela magique et beau !

JPEG - 34.2 ko
Clovis Darrigan

Les flammes colorées des feux d’artifice, la chimioluminescence des colliers lumineux me fascinent toujours autant, car on « voit » dans ces expériences-là la manifestation directe du comportement quantique de la matière, une notion parfois difficile à expliquer.

Dans l’expérience des cyanotypes, un procédé photographique ancien, il y a la surprise de voir l’image se produire, en quelques minutes : toucher du doigt l’action que les rayons lumineux peuvent avoir sur la matière, c’est presque une « révélation » (sans jeu de mot !) pour de nombreux jeunes spectateurs qui n’ont jamais vu que des appareils numériques… et oublient l’aspect historique des techniques.
Il y a bien sûr des expériences sur les odeurs et parfums synthétiques, les extractions de substances naturelles, ou sur les matériaux polymères aux comportements inhabituels, entre le liquide et le solide.

D’ailleurs, vous m’interrogez sur la chimie, mais n’est-ce que de la chimie ? Pour moi, le découpage en chimie, physique et autres disciplines n’est qu’une manière de présenter les choses, mais toutes ces branches de la science sont en réalité intriquées. Bien souvent les expériences du site appartiennent à plusieurs catégories. Je ne veux pas donner l’image que « tout est chimie », car chez certaines personnes cela veut dire qu’il n’y a rien d’autre que de la chimie. L’univers est matière, l’univers est rayonnement, il est aussi structuration et interaction de ces matières et rayonnements. De là émergent des comportements chimiques, desquels émergent des structures plus complexes, jusqu’à celles qui sont capables de se reproduire, biologiques, capables de pensée abstraite, artistique, auto-réflexive. Alors certes, la chimie se retrouve partout, aussi bien dans les étoiles que dans nos cellules, mais elle n’est qu’une façon, complémentaire des autres, de comprendre le monde qui nous entoure.

[bleu violet]Quels sont les types de publics qui contribuent à l’écriture collaborative des articles et échangent sur le forum « Chimie amusante » ?[/bleu violet]

Sur le wiki, la partie collaborative du site, je dénombre 3 ou 4 personnes qui contribuent de manière significative à la rédaction et l’amélioration des pages. Cela peut paraître peu, mais c’est bien suffisant pour que le site conserve une gestion à taille humaine : plus que cela, je ne pourrais pas garantir un suivi de toutes les pages, et le but n’est sûrement pas d’atteindre le nombre de pages de Wikipédia !

Les contributeurs sont des étudiants, des doctorants, des enseignants et/ou chercheurs. Contrairement à Wikipédia, où toutes les pages sont ouvertes par défaut et chacun peut modifier un texte, je gère mon site en mode « fermé par défaut » : seuls les contributeurs identifiés peuvent modifier les pages, mais je tiens à vérifier moi-même chaque page, pour une simple raison de sécurité et de validation scientifique.
Sur le forum de discussion, nous avons des visiteurs aux motivations très variées. Il y a bien sûr les élèves qui viennent y chercher des explications d’exercices ou de travaux pratiques. Le règlement du forum accepte ces questions à partir du moment où l’élève montre qu’il a fait l’effort d’avoir cherché les solutions ; nous y répondons en nous efforçant d’expliquer les notions, et non en donnant les solutions directement ; nous effaçons régulièrement des exercices à résoudre pour le lendemain…

Des spécialistes du labo aux curieux de tous horizons, tout le monde trouve son bonheur sur Science amusanteIl y a aussi l’internaute bricoleur ou l’artiste qui vient se renseigner sur le meilleur produit à utiliser pour réaliser tel effet, ou demande des informations sur la toxicité d’un mélange. Il y a les curieux par nature qui viennent discuter de divers sujets, simplement parce qu’ils sont passionnés de science et ont envie de conforter ou confronter leurs connaissances.

Il y a bien sûr des professionnels, enseignants, chercheurs, techniciens, ingénieurs, en activité ou en retraite, qui viennent surtout apporter leur expérience, leur savoir-faire aux autres, sans aucune autre forme d’intéressement que celui d’avoir le plaisir de déclencher chez l’autre un éclair de compréhension. D’après les quelques statistiques sur les visiteurs, la grande majorité a entre 15 et 25 ans et nous vient des pays francophones (France bien sûr, mais aussi Québec, Belgique, Suisse, pays du Maghreb, etc.).

[bleu violet]Quels étaient les objectifs du site à sa création ? Et aujourd’hui ?[/bleu violet]

En 1998, les premières pages avaient pour but de proposer quelques « Expériences de chimie amusante » tirées du livre du même nom de François Cherrier (1974). Les pages web étaient illustrées de photographies réalisées pendant les animations en public (Fête de la Science, foires-expositions…) que je faisais avec mes collègues ; nous étions étudiants en thèse. À cette époque, l’accès à l’Internet n’était pas aussi répandu dans les foyers, mais j’y ai tout de suite vu la possibilité de diffuser auprès du plus grand nombre des ressources pédagogiques, pour un coût quasi-nul. J’avais envie de partager ma passion et mes modestes connaissances. J’étais passionné d’informatique et de chimie : mon entrée dans le langage HTML était donc tout à fait naturelle et motivée.

Puis le site s’est enrichi d’expériences de physique amusante, de pages abordant la sécurité en chimie, les dangers des produits. Recevant de nombreuses questions par mail, je ne pouvais plus répondre à tout le monde et certaines questions revenaient fréquemment. C’est donc naturellement que j’ai mis en place un forum de discussion afin que les passionnés puissent consulter les questions déjà posées et puissent aussi se répondre entre eux. Ce fut le début d’une mayonnaise. De fil en aiguille, le site est devenu très bien référencé et j’ai voulu le rendre plus visible et interactif. J’ai donc refondu l’ensemble des pages de chimie et physique sous la forme d’un wiki accompagné d’un forum, sous le nom de domaine scienceamusante.net.

Aujourd’hui, les objectifs du site sont toujours les mêmes : partager les connaissances avec le plus grand nombre, utiliser la partie wiki comme un endroit de ressource sans cesse en évolution, où l’on trouve aussi bien des expériences amusantes faciles à reproduire à la maison que des expériences plus techniques, des ressources utiles aux scientifiques, et une partie forum permettant aux passionnés de poser leurs questions et aider les autres, tester leurs explications face à un public varié. Car le forum est aussi un « laboratoire » pour vulgarisateurs : tester ses explications, voir si elles ont bien l’efficacité recherchée, les modifier si besoin… J’ai appris énormément de choses en essayant de les expliciter, aussi bien en science fondamentale qu’en pratique de médiation.

Le forum Science amusante : un laboratoire pour le vulgarisateur

[bleu violet]L’expérimentation est largement mise en avant sur le site : selon vous, quelles sont ses vertus ?[/bleu violet]

L’observation permet d’appréhender les phénomènes avec ses sens : sons, odeurs, couleurs, chaleur, consistances, temporalité… L’expérience est la vérité, et pourtant nous voyons cette vérité à travers nos propres filtres de conception. Notre observation est donc subjective. Nous interprétons le résultat de l’expérience d’après notre propre expérience acquise. L’expérience peut nous choquer, nous émerveiller ou nous paraître triviale, selon les cas. Elle vient confirmer ou infirmer les filtres à travers lesquels on la perçoit. Par exemple, les expériences contre-intuitives — chères à Richard-Emmanuel Eastes — sont perturbantes car elles entrent en collision avec « ce que l’on croyait qu’il allait se passer ». De là naît la curiosité chez l’observateur : que s’est-il vraiment passé ? Pourquoi je pensais une chose et c’est son contraire qui est arrivé ? Quelles sont mes conceptions, mes filtres à réviser ? L’expérimentation démontre que l’on aurait dû douter un peu plus de son savoir, elle développe l’esprit critique et autocritique. Par son caractère inattendu ou amusant, elle permet d’initier plus facilement le processus d’hypothèse-déduction, elle permet de faire passer plus facilement des explications théoriques. En répétant les expériences, en faisant varier un à un les paramètres, ou en observant sous différents angles la même expérience, on se forge petit à petit de nouveaux filtres. Finalement, je suis persuadé que l’objectivité ne peut être qu’une intersubjectivité.

Cette réflexion philosophique, je ne l’ai pas apprise en lisant des livres : je l’ai simplement forgée en expérimentant ma manière de vulgariser, grâce au public, et en confrontant mon point de vue avec d’autres personnes.

Le public, un moteur.

[bleu violet]Quels rapprochements voyez-vous entre votre fonction d’enseignant-chercheur, vos missions en matière de culture scientifique et technique, l’organisation de « sciences en fête » et votre travail sur le site ?[/bleu violet]

L’enseignant-chercheur a pour mission de construire de nouvelles connaissances, grâce à la recherche, de les diffuser, via l’enseignement. Mais il a aussi pour mission de rendre cette connaissance compréhensible pour le grand public, non spécialiste, afin qu’il puisse comprendre le monde qui l’entoure, participer à des débats, comprendre certains choix de notre société. La mission CST existe dans ce but : organiser des rencontres entre les scientifiques et les publics, proposer des expositions, des animations. La Fête de la science est un moment bien identifié pour cela dans l’année : nous essayons de proposer des thèmes très variés, pas seulement en sciences de la matière ; la philosophie, la sociologie, font partie du programme. Il y a deux mille ans, les savants étaient aussi bien des scientifiques que des artistes, des philosophes. J’encourage les rencontres, les échanges. Pour le site, c’est la même chose. Tout ceci est un ensemble cohérent.

[bleu violet]Quelles sont les valeurs que vous partagez avec les Atomes ?[/bleu violet]

Je m’attendais à cette traditionnelle question ! Peut-être la première valeur commune est de vouloir faire les choses avec plaisir. Je ne consacrerais pas autant de temps à un site web, ou à l’animation d’un forum, si cela ne me faisait pas plaisir. Si c’était une activité trop contraignante, je n’y mettrais pas autant de cœur. De la même manière que l’on ne peut pas forcer un jeune à aimer la chimie, s’il n’en tire aucune satisfaction. La sensation de plaisir est comme une drogue dans notre cerveau. C’est très égoïste finalement ! Mais j’essaye de provoquer chez l’autre le plaisir d’être curieux et de comprendre. Plaisir, curiosité, esprit critique… tout ce qui s’oppose aux dogmes.

Le plaisir à manipuler les sciences de Clovis Darrigan se reflète dans les yeux des jeunes

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Plan du site | Espace privé :